Pour mieux vivre avec sa famille, Jonathan a décidé de s’acheter sa propre maison en passant par un promoteur immobilier. Après avoir analysé le budget dressé par son promoteur, il s’est rendu compte qu’il lui manquait environ 35 000 CHF sur son prêt pour travaux.

Ayant médité sur la question, Jonathan pensait avoir trouvé la solution à son problème : faire diminuer les coûts dans certaines parties de la construction. Il a alors fait appel à son promoteur pour lui proposer une alternative : choisir une gamme de peinture moins chère pour la finition. Mais bizarrement, son promoteur refuse de lui donner le budget détaillé des travaux. Pourtant, il s’agit bien d’une démarche légale, vu que Jonathan a pu obtenir ces informations auprès d’autres entreprises spécialisées dans la construction.

Exaspéré par le déroulement des évènements, Jonathan décide de demander conseil auprès de son meilleur ami Bryan. Ce dernier a en effet construit sa maison tout récemment et n’a pas rencontré ce type de problème. Mais comment a-t-il fait ?

Bryan a dévoilé à Jonathan sa manière de procéder avant la construction de sa maison. Il s’est avant tout adressé à plusieurs prestataires et a demandé à chacun d’eux un budget sur le même projet. Comme l’on pouvait s’y attendre, certaines entreprises lui ont fourni un budget détaillé sur les travaux envisagés, tandis que d’autres ont juste donné quelques prix sur une feuille de papier. A ce stade, le choix était simple, il a choisi les prestataires qui ont bien détaillé le coût de chaque volet de la construction.

Bryan a aussi conseillé à Jonathan de se poser les bonnes questions : a-t-il vraiment confiance en son promoteur ? Pense-t-il que le prestataire lui cache des informations ? Et si vraiment c’était le cas, peut-il faire appel à une autre entreprise ou doit-il se contenter des services de son promoteur pour pouvoir acquérir cette maison ?

Ayant entendu la discussion des deux amis, Robert, le beau-père de Bryan, n’a pas pu s’empêcher d’intervenir pour donner son avis. Il a conseillé à Jonathan de faire appel aux services d’un gestionnaire de chantier comme Art Construction, vu que Jonathan n’avait pas confiance en son promoteur. Le fait de solliciter ce prestataire lui garantissait ainsi une construction sans risques en termes de coûts cachés.