Parce que le temps et l’utilisation ont entraîné un certain niveau d’usure dans ses différents composants ou tout simplement parce que l’on a envie de lui permettre de faire peau neuve, la salle de bain est appelée à être rénovée plusieurs fois au cours de son cycle de vie. En fonction des besoins et des spécificités de la pièce, les travaux de rénovation peuvent être plus ou moins importants. Ils peuvent nécessiter des délais variés, allant d’un seul jour ou deux à plusieurs semaines lorsque la rénovation est totale. La salle de bain étant une pièce vitale au quotidien, il s’agira autant de miser sur la qualité des installations et de la finition que sur la sécurité et la mise à disposition des utilisateurs dans des délais acceptables. Rénover sa salle de bain dans les meilleures conditions, cela passe par une étude approfondie de l’espace, de son agencement, des opérations à effectuer et du budget à allouer. Comme pour tout projet, planifier et prévoir sont les clés de la réussite.

 

 

S’organiser

Comme expliqué plus haut, il est important de faire en sorte que les travaux soient parfaitement planifiés et organisés pour que l’on puisse disposer de la salle de bain dans des conditions optimales.

Il convient donc d’identifier avec précision les équipements à modifier, réparer ou remplacer, les matériaux à utiliser et les aménagements à apporter.

Cela permettra ensuite de connaître à la fois la durée du chantier (et ajuster son emploi du temps en conséquence) et le coût qu’il représentera.

Une fois les travaux déterminés, le mieux à faire serait d’établir un calendrier en concertation avec le ou les intervenants (fournisseurs, installateurs, etc.) et de faire en sorte que les différentes étapes soient respectées en temps voulu. Pour la pose d’un ou plusieurs appareils sanitaires, on compte généralement une journée. Pour une rénovation de salle de bain complète, il faut prévoir une bonne quinzaine de jours, voire un mois. Pour le revêtement de sol, cela peut prendre quelques jours à une semaine, selon la formule choisie, la surface et les difficultés que comporte la pièce (angles, obstacles, etc.).

Ensuite, il faudra chiffrer les dépenses à prévoir. Cela englobe les installations et meubles de salles de bain, les éléments de tuyauterie, les différents accessoires et tout l’aspect matériel, mais aussi la main d’œuvre. Rénover sa salle de bain ne s’improvise pas ; la particularité des pièces d’eau, où l’humidité, l’installation électrique et les divers composants (conduites, évacuation…) cohabitent, font que de tels travaux sont à confier à de véritables professionnels pour obtenir un résultat satisfaisant sur tous les plans. Si des travaux sur le gros œuvre sont à envisager (création ou déplacement d’une ouverture, travaux sur une structure porteuse…), la facture et les délais augmentent sensiblement. Il s’agit donc d’essayer de tout prendre en compte dans les moindres détails, même si des dépenses imprévues sont inévitables. Pour cela, on prévoit généralement une marge supplémentaire de 10 % environ sur le budget initial afin de faire face à ces « extras ».

 

Optimiser les espaces

La plupart des salles de bain et salles d’eau sont des pièces constituant des espaces plutôt réduits. D’où l’importance de savoir exploiter le moindre centimètre carré et d’agencer intelligemment les éléments de la pièce.

L’objectif est à la fois d’y placer tout ce dont on a besoin au quotidien et d’en faciliter l’usage. Cela implique de bien choisir les meubles et accessoires en fonction des spécificités de la pièce : meubles salle de bain, armoire salle de bain, vasque salle de bain, bloc WC, etc.

A titre d’exemple, pour un espace de 3 m2, on peut opter pour une baignoire de 80 x 180 cm et une vasque de 100 cm. On peut également remplacer la baignoire par un receveur de 80 x 80 cm et pour un bloc WC.

Pour une pièce plus grande, faisant 6 m2 ou plus, il y a la possibilité de mettre en place une séparation entre la partie WC et le reste de la salle de bain en posant une cloison placo.

Pour salle de bain familiale, on privilégiera les installations qui permettent de gagner de la place et de faciliter l’utilisation quotidienne de la salle de bain par tout le monde. On misera ainsi sur une cabine de douche à coin tronqué ou un combo radiateur-sèche-serviettes.

Il est crucial que le choix des équipements soit vraiment fait en fonction des caractéristiques spécifiques de la pièce ; outre les dimensions, ce sont aussi les angles, le nombre d’ouverture (porte et fenêtres), leurs types et leurs positionnements, etc.

On veillera également à prendre en compte les exigences associées à certains équipements, comme la douche italienne qui nécessite l’encastrement parfait du receveur et du système d’évacuation sous le plancher. Autrement, l’on peut toujours contourner la nécessité du plain pied propre aux douches italiennes et se tourner vers la solution consistant à la surélever. Mais là encore, ce sera des travaux en plus à prévoir.

 

Choisir les bons revêtements pour les sols et les murs

Le choix des revêtements pour les sols et les murs est tout aussi important. Il obéit à plusieurs critères : l’aspect esthétique, qui demeure prépondérant, mais aussi et surtout la dimension pratique et la fiabilité.

Qu’il s’agisse du revêtement de mur ou de celui recouvrant le sol, il doit être capable d’offrir une bonne résistance à l’usure induite par l’utilisation quotidienne et le recours aux produits de nettoyage, ainsi qu’à l’humidité qui règne quasiment en permanence dans la salle de bain.

Le plus souvent, c’est le carrelage qui est choisi pour habiller et protéger le sol, mais il existe d’autres solutions comme la mosaïque, le vinyle et le parquet stratifié, ou encore la peinture pour le plafond et une partie des murs. Il faudra ensuite penser à l’entretien régulier de ces surfaces.

Il faut bien garder à l’esprit que, quel que soit le revêtement choisi, il est nécessaire de faire appel à un professionnel pour profiter d’un rendu satisfaisant. Pour la pose d’un carrelage, par exemple, c’est tout un savoir-faire qui doit être mis en œuvre pour garantir la réussite de l’opération, car le sol doit être parfaitement à niveau, sans aspérités excessivement prononcées entre les différents éléments et doit empêcher l’eau de stagner. Le carrelage doit aussi être simple à entretenir et, éventuellement, à remplacer en cas de dégât ultérieur sur un ou plusieurs éléments.

En ce qui concerne la peinture, on optera, bien évidemment, pour des produits spécialement conçus pour les pièces humides et en se faisant tout de même un petit peu plaisir dans le choix des couleurs. Les spécialistes conseillent toutefois généralement d’éviter certains tons comme le vert menthe, qui, sous l’effet de la lumière, peut donner une mine qui ne soit pas des plus gratifiantes. On peut tendre vers des nuances plus douces comme le vert-jaune ou le turquoise, en limitant cette couleur au pan de mur où se trouve le miroir, par exemple. Sinon, on peut tout à fait se tourner vers des couleurs dynamiques (orange, jaune ou même rose) ou des teintes carrément vives pour favoriser un réveil tonique.

 

Assurer une bonne aération

Rénover sa salle de bain ne doit pas non plus se faire sans penser à un point trop souvent négligé dans les pièces d’eau : l’aération. L’évacuation de l’air vicié et son remplacement par de l’air frais, et ce, de manière suffisamment régulière, constituent des points cruciaux dans n’importe quelle partie d’un logement. Ils le sont encore plus dans une salle de bain.

Bien entendu, il n’est pas toujours évident de doter sa salle de bain d’ouvertures assez grandes pour assurer une aération optimale, d’autant plus qu’il n’est pas toujours possible de les laisser ouvertes le temps qu’il faut pour avoir une bonne circulation de l’air.

Ce qui pose un gros problème lorsque l’on connaît les dégâts de l’humidité et de la moisissure, qui sont favorisées par ces conditions, aussi bien sur l’état de la salle de bain et de ses composants que sur notre santé. Sans oublier non plus les dangers que représentent les polluants tels que ceux générés par les peintures, les produits d’entretien ou encore les désodorisants.

Lorsqu’il n’est pas possible d’aérer sa salle de bain de manière naturelle (à travers les ouvertures), on peut se tourner vers l’option VMC. D’ailleurs, on peut estimer que les systèmes de ventilation mécanique contrôlée sont à mettre en place dans tous les cas, même dans les salles de bain disposant de plusieurs ouvertures. Le dispositif de VMC permettra de bénéficier d’une aération plus efficace pour prévenir de manière optimale les méfaits de l’humidité, des moisissures, ainsi que pour évacuer plus rapidement les mauvaises odeurs et faire en sorte que l’air respiré dans la pièce d’eau soit le plus sain possible pour ses occupants.

Le choix du modèle de VMC dépendra de plusieurs critères, à commencer par la surface de la pièce. Pour une salle de bain ou une salle d’eau de moins de 5 m2, on optera pour une VMC dont la puissance est de 80 m3/h. Pour les pièces d’eau s’étendant sur plus de 5 m2, on se tournera plutôt vers des puissances atteignant les 165 m3/h.

Il faut également savoir que l’on distingue les VMC en simple flux, fonctionnant en continu et pouvant être soit auto-réglables, soit hygro-réglables (en fonction du taux d’humidité de la pièce), et les VMC en double flux qui réchauffent l’air introduit.

 

Respecter les normes électriques

La salle de bain est un milieu humide qui doit, en plus, être doté d’installations électriques. La pièce est, en effet, équipée de dispositifs d’éclairage, de prises électriques pour les différents appareils (rasoir électrique à recharger, sèche-cheveux, radiateur, cumulus, etc.) et d’interrupteurs qu’il est essentiel de sécuriser pour prévenir tout danger d’électrocution, l’eau et l’électricité ne faisant pas bon ménage.

Sous l’effet de l’humidité, le risque est aussi que ces circuits électriques et leurs composants soient endommagés, ce qui rend nécessaire de les protéger efficacement contre tout aléa.

Ces installations sont d’autant plus délicates à traiter qu’elles sont souvent intégrées dans des éléments de la salle de bain. On peut trouver des prises électriques, des accessoires électriques ou des éclairages encastrés dans certains modèles d’armoire de salle de bain ou de meubles de vasque de salle de bain, par exemple.

Dans tous les cas, rénover sa salle de bain implique de travailler dans le respect des normes en vigueur, dont la norme NF C 15-100 qui est des plus importantes. On veillera, par ailleurs, à élaborer ses travaux de rénovation en respectant le principe fondamental des volumes ; le volume électrique est l’espace de la salle de bain qui permet de délimiter l’installation d’appareils électriques par rapport aux autres éléments de la pièce pour éliminer les risques liés à l’électricité. Autrement dit, on ne peut pas disposer ces équipements n’importe comment dans la salle de bain.

 

S’assurer un éclairage satisfaisant

Ce qui nous amène aussi à évoquer l’éclairage de la salle de bain ou de la salle d’eau. C’est un aspect qui peut aussi être négligé ou mal étudié alors qu’il ne manque pas d’importance. Une salle de bain sombre est non seulement désagréable, inhospitalière, mais en plus, elle est loin d’être pratique pour l’usage qu’on en fait. Il est difficile, en effet, de se raser correctement si l’on ne dispose pas d’un bon éclairage. Il en est de même pour les séances maquillages, qui nécessitent également une source de lumière adéquate, sans pour autant être agressive. Dans une salle de bain, on ne peut donc pas se contenter d’un éclairage au plafond. La pièce a besoin d’être équipée d’autres sources lumineuses sous formes d’appliques murales, de hublots, de réglettes, de sports ou d’éclairage intégré dans l’armoire de salle de bain.

Là encore, les installations électriques associées à l’éclairage sont à poser dans le respect le plus strict des normes, notamment celles relatives à la sécurité, car là, l’utilisateur est en contact direct avec les appareils fonctionnant à l’électricité.

L’éclairage peut également être apporté par un puits de lumière, qui présente l’avantage non négligeable de réduire la consommation d’énergie. Parfait pour les pièces d’eau ne disposant pas d’ouverture, le puits de lumière (également appelé conduit de lumière ou éclairage zénithal) fonctionne selon le principe suivant : une surface vitrée installée sur la toiture capte les rayons du soleil pour en transférer ensuite la lumière vers la pièce via un conduit. Ce qui permet de bénéficier d’un éclairage naturel sans recourir à l’électricité. En fonction de la nature de la pièce à éclairer et de son éloignement par rapport à la surface vitrée en toiture, le conduit peut être rigide ou flexible, sachant que cette deuxième option fait perdre de la lumière en raison des angles du conduit.

Comme pour la Ventilation Mécanique Contrôlée, le modèle de puits de lumière à choisir dépendra de la surface de la salle de bain à éclairer. Un puits de lumière de 25 cm de diamètre fournira un éclairage satisfaisant pour des pièces dont les surfaces peuvent aller jusqu’à 14 ou 15 m2. Pour des salles de bains plus vastes, on s’équipera de modèles de puits de lumière de 35 cm de diamètre.

Là encore, il est vivement recommandé de confier la pose du puits de lumière à un professionnel, car en garantir la bonne mise en place tout en préservant l’isolation thermique du logement et l’étanchéité de la toiture requiert des compétences spécifiques.

 

Ne pas négliger l’aspect pratique et fonctionnel

Rénover sa salle de bain, cela revient aussi à accorder une attention particulière à l’aspect pratique et fonctionnel de cette pièce.

En effet, on ne peut se permettre de négliger ce point, car on est appelé à utiliser la salle de bain de manière quotidienne, plusieurs fois par jour, parfois de façon intensive et bien souvent dans la précipitation (le matin avant d’aller travailler ou étudier…). La salle de bain doit donc être pensée, agencée et organisée dans un but bien précis : faciliter son usage au quotidien. Autrement dit, l’utilisateur ne doit pas avoir à perdre un temps précieux en cherchant ce dont il a besoin parce que les tiroirs ou les meubles sont mal conçus. Les produits d’hygiène, de beauté et de toilette sont à entreposer dans des rangements pratiques. Maquillages, shampoings, serviettes de bain, produits emballés et autres rouleaux de papier hygiéniques doivent chacun avoir une place bien déterminée. La salle de bain doit être bien rangée, aérée et sans encombrement pour demeurer à la fois fonctionnelle, agréable et sûre.

Il ne faut donc pas hésiter à multiplier et varier les rangements, mais sans pour autant le faire de manière désordonnée ou en gaspillant des espaces. Les tiroirs des meubles de salles de bain, les rangements que peuvent offrir les armoires de salles de bain et les espaces qu’offrent les meubles de vasques de salles de bain sont à optimiser pour que la pièce d’eau remplisse véritablement toutes ses fonctions au quotidien. On peut y associer d’autres accessoires de rangement comme les étagères murales, les corbeilles ou les articles de rangement en plastique à intégrer intelligemment à l’espace global de la salle de bain.